J’aime cette idée que mes romans soient vraiment le reflet d’une époque

Née le 1er mars 1966 à Boulogne Billancourt, elle apparaît discrètement sur la scène littéraire et réussis très vite à se faire une place parmi les écrivains français en gagnât le coeur des lecteurs. Directrice d'études dans un institut de sondages, la jeune femme a pour habitudes d'écrire le soir.

Après la parution, en 2001, d'un premier récit d'inspiration autobiographique intitulé Jours sans faim, Delphine de Vigan publie un recueil de nouvelles Les Jolis Garçons et un roman Un soir de décembre : deux ouvrages sur le thème de la désillusion amoureuse. Puis c'est l'histoire de No et Moi, une rencontre entre une adolescente surdouée et une jeune SDF, un roman plébiscité par les libraires (Prix des libraires 2009) et les lecteurs.

Mêlant avec justesse les dimensions sociale et intime, l'écrivain poursuit dans ce registre avec le roman Les Heures souterraines, paru en 2009. Son roman Rien ne s'oppose à la nuit est publié en août 2011. D'après une histoire vraie (2015), qui se retrouve en tête du Palmarès des libraires en tout juste un mois, couronné par le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des Lycéens. Le roman est adapté pour le cinéma par Roman Polanski.

La romancière revient à la veine sociale de ses débuts. « Les Loyautés », autour de la maltraitance enfantine, qu'elle a elle-même connu.

Mère de deux enfants, elle vit avec le critique littéraire, reporter et animateur d'émissions culturelles de radio et de télévision, François Busnel.