Un excellent polar qui vient tout droit de Norvège.

Jorn Lier Horst nous offre un palpitant polar et dresse un terrible réquisitoire contre certaines dérives journalistiques et policières

« Les chiens de chasse » est son deuxième roman de la série « William Wisting » publié à la Série Noire. Ce roman exploite bien le décor des paysages désolés de Norvège, ne révolutionne pas les codes du genre, mais l'humanisme. Il y a deux enquêtes dans ce récit, l'une en temps réel et l'autre dans des archives. 

Dix-sept ans après son incarcération pour l'enlèvement et le meurtre de la jeune Cecilia Linde, Rudolf Haglund retrouve la liberté… Et son nouvel avocat affirme être en mesure de démontrer que Haglund a été condamné sur la base de preuves falsifiées. 

William Wisting, à l'époque jeune policier en charge de l'enquête, est devenu une figure exemplaire et respectée, incarnant l'intégrité et les valeurs d'une institution souvent mise à mal dans l'opinion publique. 

Au cœur d'un scandale médiatique et judiciaire, suspendu de ses fonctions, Wisting décide de reprendre un à un les éléments du dossier. Les policiers auraient-ils succombé au syndrome des «chiens de chasse», suivant la première piste que leur indique leur instinct, au risque d'en négliger d'autres, et s'acharnant à étayer leurs soupçons pour prouver la culpabilité supposée de leur «proie» ? Ou l'enquête aurait-elle été manipulée ? Mais par qui, et dans quel but ?

Les chien de chasse - Jorn Lier Horst - Gallimard