Mais qui est cette auteure ?

On ne sait que le fait qu'Elena Ferrante soit le pseudonyme d'une romancière italienne. Mais qui est derrière ces succès planétaires ? L'auteur (auteure) se refuse à être un personnage public, ne se présentant pas pour les prix, n'accordant aucune interview, à l'exception de celle parue dans le journal "L'Unitá" en 2002.

Elle publie un premier roman "L'Amour harcelant" (1992), puis un deuxième roman "Les jours de mon abandon" en 2002. Ferrante a également publié "La Frantumaglia" (2003), un recueil de lettres à son éditeur, de textes et de réponses à ses lecteurs où l'auteure parle d'elle-même, de son travail et de son observation du monde. Elle tente de faire comprendre ses raisons de demeurer dans l'ombre, parle d'un désir d'auto-préservation de sa vie privée, d'un souci quelque peu névrotique d'inaccessibilité, de son souci de maintenir entre elle et son lectorat une certaine distance et de ne pas se prêter aux jeux des apparences où risquent de l'entraîner les contacts avec la presse. Elle est fermement convaincue que ses livres n'ont pas besoin d'une 4ème de couverture reproduisant sa photographie et entend qu'ils soient perçus comme des organismes auto-suffisants auxquels la présence de l'auteure ne pourrait rien ajouter de décisif.

En 2011 a été publié le premier volume du cycle "L'amie prodigieuse" (L'Amica geniale) suivi en 2012 du second volume "Le nouveau nom" (Storia del nove cognome). En 2013 paraît "Storia di chi fugge e di chi resta", suivi en 2014 du quatrième et dernier volume, "Storia della bambina perduta". Une tétralogie qui a notamment connu un grand succès public au Royaume Uni, aux États-Unis et en France, et qui sera adaptée pour le petit écran