Quand les motivations dépassent la raison…

Un boomerang, c'est une arme qui revient au dernier moment à son point de départ, et c'est ainsi qu'Henri Weigel a conçu sa trilogie puisque ce troisième volet se clôt comme a commencé le premier, par un couple de concierges qui s'enrichit au détriment de son patron. Alors comment un meurtre peut devenir l'alternative la plus logique à la résolution d'un problème ? 

 

Ce n'était pas un accident, Madame Lièvre, votre mari a été assassiné ! Quelques années plus tard le jeune Bruno Lièvre intègre l'école des commissaires de police. Dans le cursus de sa formation, il doit étudier des dossiers criminels. L'un d'eux, l'affaire Brunnberg, ravive sa mémoire et attise sa douleur : l'assassinat de son père... Au cours de sa carrière, le policier parviendra-t-il à confondre les criminels ? Peu à peu, loin de la déontologie, les méthodes atypiques du commissaire contre l'éradication du crime deviennent des chimères. Quand les motivations dépassent la raison, l'être devient un Janus, la preuve que l'homicide est intrinsèquement lié aux hommes, à leur personnalité, à leur sensibilité, à leur faiblesse, à leur pulsion, à leur vie. Il est l'héritage de Caïn, celui que l'Humanité ne peut réfuter. Un roman policier singulier, des comportements insolites, des arcanes saisissants.

 

« Boomerang meurtrier », Henri Weigel, Editions Auteurs d'Aujourd'hui.